Réduire ses emission de CO2

Survey France s’engage à réduire ses émissions de CO2.

Publié le 

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter

Nous avons accueilli 2020 avec un projet qui nous tenait à cœur : rouler plus propre. Nous portons l’espoir que cette année sera synonyme de croissance avec notamment la recherche de nouveaux profils sur le terrain. Nous savons que nos activités nécessitent des déplacements journaliers. Convertir nos véhicules au bioéthanol, c’est trouver une solution supplémentaire pour réduire notre empreinte environnementale et c’est répondre un peu plus aux nouvelles visions que les futurs talents ont de l’entreprise moderne.

Un carburant disponible et intelligent.

S’il occupe de plus en plus de place dans les stations-service de l’hexagone et dans nos habitudes de consommation, le bioéthanol est encore un carburant bien méconnu pour la plupart des Français. Pourtant, cocorico, l’éthanol est produit en France ou en Europe à partir de végétaux dits issus de la filière « sucre » : blé, maïs ou betterave sucrière…

À ne pas confondre avec la filière « huile » permettant de produire du biodiesel. Car oui, le bioéthanol est un carburant que l’on incorpore aux moteurs essence. Appelé également « biocarburant », le terme bio signifiant vie, vivant en grec, indique que ce carburant est produit à partir de matière organique (biomasse).

Biocarburant

Vous avez dit Super éthanol ?

Si depuis octobre 2018, on voit les appellations E5 ou E10 pour le Sans-Plomb 95, le bioéthanol nommé officiellement Super éthanol est commercialisé sous l’appellation E85 car il contient 85% d’éthanol et 15% d’essence. Les chiffres des appellations représentent donc le pourcentage de quantité d’éthanol mélangé à l’essence. Selon le pays dans lequel on se trouve, les sigles peuvent aller du E5 au E100 soit 100% de carburant végétal.

Super éthanol

Un carburant dit propre.

Le bioéthanol présente plusieurs avantages. Bien qu’il réduise la facture à la pompe presque de moitié avec un coût de 0,69€/L en moyenne en France, il contribue aussi à la diminution des polluants. Nombreux sont qui ont fait le calcul et à savoir que les végétaux issus de la filière « sucre » sont des organismes capables d’absorber le CO2 dans l’atmosphère en quantité importante lors de leur croissance. Cette quantité serait égale à celle du CO2 dégagée lors de la combustion du bioéthanol. Un bilan neutre qui permet ainsi de constater que le bioéthanol est un atout pour l’environnement.

En pratique ?

Pour couvrir l’ensemble de nos marchés repartis sur une grande partie du territoire, nos techniciens effectuent beaucoup de kilomètres chaque année. Pour répondre un peu plus aux exigences de notre démarche RSE, nous avons fait le choix au démarrage de 2020 de convertir cinq véhicules terrain soit 2/3 de notre flotte de véhicules actuelle. Convertir un véhicule ? Cela consiste à faire poser un boîtier sur le véhicule qui permettra d’utiliser le bioéthanol de la même façon que le carburant initial.

La suite ?

Courant 2020, nous avons le projet de convertir l’ensemble de nos véhicules et d’en acquérir de nouveaux convertis afin de répondre aux besoins liés à nos nouveaux recrutements. À terme, tous nos véhicules rouleront avec un carburant plus propre et producteur d’emplois pour notre pays.

Derniers articles

Partager l'article sur

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières actualités.